Time to Breathe ?

Il y a trois ans, nous rêvions à quelques-un.e.s d'une grande pause collective. Nous aurions proposé des processus, à vivre en collectif (voisins, familles, groupes affinitaires,...) pour prendre acte de l'état social, écologique, démocratique (...) de notre monde, sentir en profondeur les effets de ces constats, partager nos émotions, imaginer d'autres voies et prendre des décisions de vies, d'actions pour les réaliser. Nous avons mis la dynamique en pause, elle était ambitieuse et nous étions débordé.e.s. Cette dynamique s'appelait "Time to Breathe", le temps pour respirer, le temps de la respiration.

C'est un autre type de temps étrange que le corona nous fait vivre. Nous n'avons tou.s.tes été en pause, loin de là. Nous ne respirons pas tou.s.tes profondément ou lentement, loin de là. Certain.e.s vivent dans un rythme plus rapide ou un horizon plus étroit qu'avant. Pour soigner, ou ayant besoin de soins, enfermé.e.s (dedans ou dehors, physiquement, psychiquement ou relationnellement), tiraillé.e.s, oublié.e.s. D'autres ont savouré davantage ce moment faussement suspendu, comme un temps de bilan, un temps de pause, un temps de recul... Les horizons pour d'autres qu'humains s'élargissent. Mais pour combien de temps ? 🤔

C'est un temps de paradoxes. Nous sommes nombreux.s.es à ne pas vouloir le retour affolant du "Business as Usual". Nous savons que le retour en arrière n'est pas possible. Tant mieux et tant pis. Mais retournerons-nous pour autant dans la fuite en avant ? Que faire maintenant pour éviter cela ? Pour amorcer un réel "changement de cap" ? Tout en prenant soin des urgences sociales ...

Time to Breathe ne répond pas à ces questions. Nous mettons en lien des dynamiques, des personnes, qui souhaitent prendre et offrir du temps pour y répondre.

La première réunion virtuelle a réuni 100 personnes le mercredi 25 mars 2020. Suisses, Français.e.s et beaucoup de Belges. Nœuds de réseaux, activistes, accompagnant.e.s, facilitateur.rice.s... Nombreux.se.s, même si encore peu diversifié.

Cette première réunion a mis en lumière les besoins : d'agir, de partager, de réfléchir, d'imaginer, de sentir, d'acter... de respirer. Elle a mis en avant les vulnérabilités : les nôtres, celles de nos proches, celles des nombreuses personnes souffrant directement ou indirectement de la situation actuelle, celles du système... et aussi les forces : de propositions, d'imagination, d'actions, de liens, de solidarités.... Elle a mis en avant l'espoir : d'utiliser cette fenêtre pour empêcher un retour au "Business as Usual", pour amorcer un "changement de cap, une rupture" et le sentiment de responsabilité, la nécessité d'agir pour cela. Mais aussi les nombreux paradoxes et tensions (réels ou apparents) : ceux que l'on vit et ceux que l'on observe : entre le personnel, le collectif et le social ; l'intérieur et l'extérieur ; l'arrêt et l'urgence ; le penser, le sentir et l'agir ; le lien à la "nature" et le confinement ; le lâcher et le tenir ; le lien et la distance ; le soin court terme et le soin long terme ; l'inertie et la course ; le très local et les alliances plus larges ; le "sauver nos dynamiques/organisations" et "les transformer" ; entre "la crise" et "les opportunités", ...

Les communs (à créer, à protéger, à sauver) sont plus que jamais au centre de nos luttes et de nos propositions. Comment nous laisser transformer en profondeur ? Comment politiser nos ressentis, vécus et réflexions ? Comment apprendre à avancer ensemble dans une crise vécue très différemment par chacun.e de nous, alors que paradoxalement cette crise est inédite par le sentiment de destin commun qu'elle apporte, une grande partie de l'humanité semblant suspendue à son évolution ?

image CAsb0HXWQAAmVzQ.jpg (61.7kB)
Nous pensons que nous avons besoin de sentir ET de réfléchir ET d'imaginer ET d'agir, de proposer des alternatives ET de lutter contre les destructions des communs. Pas spécialement tous.tes ET pas spécialement en même temps.

Nous avons besoin de respirer d'autant plus que nos poumons sont mis à mal.
Pourrons-nous le faire ensemble ?